Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2013

Une danseuse du Crazy Ruck?

 

phoca_thumb_l_15-TOM_5275.jpg

 

 

Depuis toujours, le rugbyman se oint, se camphre, se pommadise.

Sans pour autan faire de la mécanique, on peut aussi rajouter que notre animal se graisse, voire s’huile…

Mais saviez-vous que celui-ci quelquefois se maquille ?

De là à dire que le rugbyman est une danseuse du Crazy Ruck…

 

Photo de Thomas Bianchin : Florian Faure F.C. Grenoble  

22/01/2013

De traviole.

 

phoca_thumb_l_14-_CIE8349.jpg

 

Rugby graphique,

Butteur tango,

Ovale virgule,

Lignes à gogo,

Le roulis du jeu, la force de l’enjeu, l’image bascule, le projectile aussi, et le destin se fait peut-être des nœuds…

 

Photo, Thomas Bianchin

    

 

16/01/2013

L'étoile mystérieuse

 

o3gj0yd34n.jpg

 

En bordure d’une drôle de galaxie,

Une étoile satellite au soleil de ses mains,

Il espérait en l’orbite promise,

Il croyait en une nova sans fin.

Il savait que de cette trajectoire parabole dépendrait leur précieux destin…

 

Photo, Vincent Platel  

 

07/01/2013

Ovale oecuménique.

 

phoca_thumb_l_10-_JAC2176.jpg

 

Tu sais ! Ou plus certainement, tu ne sais pas… Je ne suis pas quelqu’un de croyant.

C'est-à-dire que j’ai du mal à croire au ciel, à ses élus, au paradis.  Aux écrits fussent-ils sacrés, augustes ou vénérables. Et pas une chapelle n’échappe à mon indifférence, même la perspective joyeuse et bandante de la polygamie n’arrive pas à me soumettre au divin. J’aime ma liberté d’esprit et de non-appartenance. Je suis avant tout issu de l’humain, et je partage mon ADN avec la totalité des homo-sapiens sans jamais m’arrêter à un quelconque baptême, régime, ou autre circoncision de circonstance.

Tu auras donc compris qu’aux lieux saints, je préfère les beaux seins. Et que mon endroit sacré préféré m’accueille avec plus de tendresse, de chaleur et de  charité que je ne pourrais jamais lui rendre…

Et pourtant, moi le laïc invétéré ! Moi le croyant invertébré ! Moi le mystique décérébré ! L’autre soir, j’ai assisté à la Grand Messe.

Non pas la messe mesquine et rétrécie, où le bigot décati psalmodie ses travers étriqués. Où la génuflexion assumée et assouvie tient lieu de performance spirituelle, sportive et transcendantale.

Non ! L’autre soir, j’étais dans une cathédrale à corps ouverts, j’étais dans une mosquée à cœurs donnés, j’étais dans un temple partagé.

L’autre soir, l’ovale était œcuménique, le céleste était terrien, voire paillard ou païen. Il y avait du sacré dans ce Lesdiguières. Il y avait cette chose inexplicable, qui rend quelquefois les instants accomplis. Il y avait la magie toute humaine qui fait que quelques hommes en bataille rendent la vie plus jolie. Il y avait du rouge et du bleu et puis les autres en face. Il y avait cette envie. Il y avait cette faim, cette appétence au sublime, ce dépassement sans fin.

Il y avait eux, puis il y avait nous.

Il y avait dans le don de ces hommes au combat autre chose que la simple expression sportive.

Il y avait tout ce que l’on souhaite tous, avoir ou être. Il y avait la communion, et peut-être même un peu plus que l’eucharistie…

 

Photo, Jacques Robert  fcgrugby.com

                 

02/01/2013

Les vues sans voeux...Mais quand même!

 

phoca_thumb_l_43-_MG_4191.jpg

 

Que l’on soit à l’orée d’une pige à recommencer ou bien au beau milieu du gué, je ne crois pas que les souhaits ou autres sucreries bienfaitrices saupoudrées sur des lendemains plus ou moins lointains, plus ou moins dorés et qui ne seront  jamais écrits, jamais devinés, jamais tranchés, jamais tout aussi radieux que tous ces vœux que l’on nous chante, je ne crois pas que toutes ces virtuelles offrandes n’aient jamais accroché la moindre parcelle de félicité au revers des innocents récipiendaires… 

Comme à mon habitude, je ne m’arrêterais donc pas sur les exhalaisons d’un bonheur que je ne sais pas vaporiser. Je ne dirais rien de cette santé que je ne sais pas moi-même conserver. Pour l’amour, je crois que c’est encore plus compliqué…  

En revanche, et comme ces deux magnifiques vues me l’ont soufflé, comme le FCG, avec toute la force qui les anime, qui vous anime ! Je vous engage, pour vous, pour les vôtres, pour pouvoir mieux vivre, mieux respirer, mieux aimer… Je vous engage, et pas forcément en rouge et bleu, je vous engage à vous battre et à ne jamais rien lâcher ! 

 

 

phoca_thumb_l_70-_MG_4367.jpg

Photos, Jacques Robert fcgrugby.com