30/10/2011

Black idea in Auckland...

 

DSC_6358.JPG

 

Il y a comme ça, un drôle de pays du bout du monde, où pour ne plus avoir d’idée Black en tête, on déshabille les filles…

 

Photo, Guy Pachoud

24/10/2011

Le coeur de Dusautoir.

 

DSC_6982.JPG

 

A croire que Dusautoir n’aura pas voulu faire pleurer les fougères sur les joues de quelques enfants…

 

Photo, Guy Pachoud

18/10/2011

Miracle à l'Eden...

 

vie_miracle.jpg

 

Entre les moments de gloire et les sales moutards,

Entre les essais sublimés et les drôles de l’histoire,

Entre les rais de quelques lumières et le deuil de leur flair,

Entre le bleu de leur devoir et le noir de leurs tortionnaires,

Il faudra des tripes,

Un peu plus que de la simple colère,

S’inventer un Haka,

Croire en quelque Déesse,

Imaginer un jeu,

Et pisser sur l’enjeu,

Hurler à la mort,

Tout en  restant vivants,

Et alors, peut-être !

Le miracle se produira…

 

02/10/2011

Faites le!

 

rugby.jpg

 

Un peu marre de voir des types glabres et bien « customisés »  s’afficher en pleine ou demi-page pour des réclames de Dim, de toc et d’escroc. Marre de voir et d’entendre les discours bien policés des tops et des modèles qui ne vaudront bientôt pas plus cher que l’élastique de leurs slips pourtant bien ajustés. Loin de moi l’idée de tirer sur l’ambulance. Pas mon genre de flinguer les gaziers déjà touchés. Pas ma tasse de pisser dans le thé délavé de quelques pékins sans âmes. Je suis un tout petit vieux rugbyman. Je suis un gamin de ces cours sacrées où le rugby était la seule et dernière  matière vitale enseignée. J’ai encore le sang de Jean-Pierre Rives qui tache mon maillot. J’ai encore la voix de Couderc dans le ciboulot.

Alors messieurs je vous en conjure, foutez un coup de pied au cul de vos agents qui ne sont même pas de police, et ne vous veulent que le bien que vous leur apporterez… Déchirez-moi touts vos contrats mirifiques ! Balancez-moi par-dessus bord toutes vos fausses contraintes inutiles. Rassemblez-vous en meute. Mordez dans la chance que vous avez. Faites moi quelques razzias de comptoirs. Balancez-vous à la gueule quelques bonnes vérités.

Serrez-vous !

Embrassez-vous !

Morniflez-vous !

Faites quelque chose…

Et après, peut-être que vous irez retremper vos mimines et votre sueur dans la terre que vous avez pourtant oubliée…