Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2011

Tournoiement à Edimbourg: Part 2

DSCN0492[1].JPG

Mon Béru !

Là mes chers lecteurs, bien avant que je vous cause de cornemuses rieuses, de pintes très colorées ou même d’ovale international, il est indispensable que je vous décrive ici même, et dès à présent,  l’instant sentimental de cette tournée, qui aujourd’hui encore, me retourne le cœur...

Ce bon Nigel, notre écossais au clan pas très distinct, ce cher scottish qui nous suit depuis près d’une décennie. Celui qui essaya quelquefois de nous arbitrer dans nos pérégrinations joueuses et  alcoolisées. Celui là même qui fait la fierté de la police britannique et le désespoir du corps arbitral mondial, nous attendait au pied au de notre zingue. En bon chanteur des flowers de son beau pays, notre hôte nous accueillait. Nous étions tous très contents de le retrouver, surtout que pour une fois, nous l’avions privé de sifflet. Plus question qu’il règle la circulation à nos carrefours de matchs. Interdiction lui était faite de siffler nos rucks en sens interdits, et de verbaliser les franchissements  de nos passes en avant. Terminé ! Fini ! Gentil G O et puis c’est tout ! D’ailleurs son fils le remplaçait désormais. Ce qui à vrai dire, n’était pas fait pour nous rassurer…   

La dernière fois qu’il avait officié, s’était à Séville, et les arènes de notre stade s’en souviennent encore… Ce jour là, le torero n’était autre que Pollux, et la bête à trucider, le merle en kilt au milieu. Putain, ce jour là le Nigel nous fit pis que prendre… et à la fin notre cher demi de mêlée l’a pendu…Enfin presque ! Nous l’avons arrêté juste avant qu’il ne l’empale avec un piquet de touche et qu’il ne le hisse à la barre transversale. Tu vois un peu le tableau ! Un écossais avec pieu dans le cul, pendu par les pieds avec sa jupe sur la tête… Tu parles Charles ! Traumatisé le buveur de whisky. Depuis, rien que la vue d’un terrain de rugby le fait pleurer,  et à la moindre balle ovale, il se jette sous une bagnole. C’est vous dire l’état du gazier quand au fin fond de la troupe qu’il recevait, il aperçu son tortionnaire. L’effroi dans son regard, des spasmes dans tous les membres, une légère chiasse perlait à ses ourlets,  et sa mâchoire inférieure, en mode morse, envoyait en permanence des S.O.S. Les sirènes de l’aéroport se mirent à hurler, et les chiens à aboyer.

Et c’est là que le miracle opéra ! Leurs yeux se sont croisés. Leurs cœurs se sont répondus. Leurs mains se sont trouvées, et nos deux tourtereaux sont tombés dans les bras l’un de l’autre. Ils se sont embrassés comme les amants du pont neuf. Merde ! On s’est tous mis à chialer, et une tendre érection à hisser les voiles du pantalon de mon cher Béru. L’instant était magique, nous savions maintenant que la tournée pouvait commencer. Dans le minibus qui nous convoyait vers notre hôtel, une sympathique connivence nous unissait. Il me tardait d’arriver et de prendre nos pénates pour qu’enfin nous emplissions nos poumons de cet air si particulier qui souffle dans les pubs. Et c’est d’ailleurs dans l’un d’eux que la carte toujours aussi bleue Du regretté Nicolas, mit la première de ses nombreuses tournées de bière et que nous pissâmes sur celle du trésorier...

Bon Dieu ! Les doutes qui m’étreignaient au départ semblaient évanouis.

Ce pourrait-il que cette courte tournée soit réussi…?

C’était sans compter sur les lacunes monumentales de Francis l’organisateur, j’allais très vite déchanter…

Et même m’apercevoir qu’en Ecosse les fantômes abandonnent les châteaux pour jouer au rugby…  

 

 

A suivre…

 

Commentaires

J'aurais adoré du rugby dans un San-Antonio, mais ça devait pas être trop le truc de Frédéric Dard... Mais je trouve que tu t'en sors super bien, dans le genre "pcc" :o)

Écrit par : Pascalou | 20/02/2011

Tu rigoles! Il était né à Bourgoin, et très souvent on pouvait le voir au stade...

Écrit par : pierrot la tombal | 20/02/2011

Voui ! , euh je veux dire non ! je rigole pas :-D
Ce que je dis c'est que je me suis assez intéressé au bonhomme pour savoir d'où il sort, mais que je n'ai pas lu de rugby dans San-A alors que j'en ai lu, et du bon, chez Goscinny qu'était "polak" (oui, ça rime avec Michalak ;o).
Mais si tu me sors un de ses bouquins avec des morceaux de rugby dedans, j'achète ! (j'en ai lu pas mal, mais pas tous, chui pas monomaniaque...)

Écrit par : Pascalou | 20/02/2011

Ouais c'est vrai qu'il n'a jamais enfilé un maillot de rugby à son San-A et jamais collé Béru en tronche...Mais il aimait beaucoup le rugby!

Moi aussi je me suis régalé avec ses bouquins...

Écrit par : pierrot la tombal | 21/02/2011

Béru en tronche ? 2° latte, voyons !!!

:)

Écrit par : Pascalou | 21/02/2011

Les commentaires sont fermés.