Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2011

Le fils à Jo.

 

le-fils-a-jo-2011-19328-614741362.jpgLe fils à Jo, j’aurais tellement aimé signer avec lui,  goûter à son vestiaire, mouiller son maillot. Mais je n’ai pas pour lui cet amour que je voulais inconditionnel. Je n’ai pas ce penchant partisan  que j’espérais  pour la cause.

Je n’ai pour ce film que de la tendresse. Je l’ai vu comme un conte, comme une fable qui t’esquisse les fins de vestiaires, les toreros de comptoirs, et te fait sentir les effluves incertains des chemises froissées aux derniers soupirs de quelques trois mi-temps. Et qui bien sûr te parle à travers le prisme d’une balle de la difficulté à transmettre tes gènes sans toujours croire qu’ils sont encore toi…

Je le voyais plus grand. Ou alors est-ce moi qui désirais trop fort… ?

 

Je voulais écrire mieux. Ecrire plus. M’expliquer encore, dire mon sentiment. Etre plus gentil, certainement… Doit-on être plus agréable uniquement par penchant… ?

Commentaires

Je l'ai vu en décembre.
Très déçu. En particulier par le jeu d'acteur et la réalisation digne d'un téléfilm de M6 en journée.

Dommage, l'histoire était belle...

Écrit par : Philippe | 29/01/2011

Les commentaires sont fermés.