Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2009

Face aux perches...

 

medium_cinquante.jpg

Oui je sais, l’équipe de France a gagné.

Mais moi aujourd’hui, j’ai basculé.

J’ai plongé dans l’en-but quinquagénaire,

Celui qui te fait rajouter un 5 à ton tableau d’affichage,

Et maintenant je suis face aux perches,

Avec une gonfle à faire passer par-dessus la barre.

J'ai toujours su qu'il était difficile d'être un bon buteur...

 

23/02/2009

Fantasme.

medium_femme.jpg

Faire une mêlée aux Nouvelles Galeries…

Mon rêve !

19/02/2009

Malédiction et tête de veau.

medium_tête.2.jpgDepuis quelque temps je m’intéresse à l’ésotérisme. Etrange me direz-vous pour quelqu’un comme moi nourrit depuis ma plus tendre enfance aux mamelles métaphysiques atrophiées du rationalisme. Ayant pour parrain et marraine les illustres Descartes et Kant (je ne sais plus d’ailleurs lequel des deux était la commère…) Surprenant, étonnant et pour tout dire singulier, qu’il faille arriver au lever de soleil sur son demi-siècle pour croire enfin que notre monde est peut-être géré par l’extraordinaire… J’ai fait le tour de tous les mondes mystérieux. Allant chercher dans les rites occultes les plus suspects des réponses à ma question : J’ai dévoré tout un tas de traités kabbalistiques. Me suis abreuvé aux fontaines  de manuscrits magiques et divinatoires. J’ai trempé dans la soupe vaudou. Dansé nu en transe aux rythmes de sabbats sataniques et lubriques. Psalmodié avec des maîtres shamans hirsutes et ivres. Pissé dans des ciboires pharaoniques en implorant Osiris. J’ai égorgé des bestiaux sacrés sur les temples Incas ruinés en fumant de la marijuana. J’ai lu dans les tripes de poulets ayant appris le métier dans les messes chahutées des Antilles…J’ai même fait le tour des endroits sacrés avec l’indicible espoir d’y découvrir quelques amulettes funestes ou tout autre subterfuge surnaturel enfoui en ces lieux saints que sont, pour moi, les enceintes rugbystiques. Oui mes chers amis ! J’ai fait ce long et éprouvant voyage, qui m’emmena dans une moultitude de stades de France et de Navarre pour découvrir le maléfice qui empêche les joueurs grenoblois de plonger dans l’en-but de leurs adversaires, de se vautrer dans l’herbe grasse de leur paradis ovale en regardant hilare les 5 points d’un essai se rajouter au tableau de marque et le point  bonus-bonheur supplémentaire au classement général…

Je ne vous le cacherai pas, je n’ai rien découvert ! Pas la moindre petite espérance d’exorcisme…Pas le commencement du plus petit indice explicatif. Je n’ai rien…

En revanche hier soir, j’ai été l’objet d’un maléfice, d’un traquenard incantatoire. Vous n’êtes pas sans savoir que mes agapes avec balle et bière(s) sont habituellement et exclusivement réservées au vendredi soir avec mes chers Gros Elans… Et bien cette semaine j’ai dérogé à la règle. Une bande de renégats malfaisants m’a attiré ce mercredi soir sur leur stade fétiche au Fontanil. Les Galochards, une troupe badernique de vieilles gloires, m’a honteusement appâté à l’entraînement avec la promesse de déguster une grasse, grosse et belle tête de veau après la transpiration obligatoire. Et bien moi la bave aux lèvres, je me suis précipité sur le terrain pour expédier vite fait bien fait la joute obligée. Mais là, après quelques minutes à peine, 120 kilos de chair ventripotente se sont abattus sur mon râble, se sont avachis sur mes arceaux, m’ont tout simplement dégondé les côtelettes…

Tout ça pour vous dire que pour le FCG je ne sais pas. Mais pour moi c’est sûr, la tête de veau est la pire des malédictions…

 

NB : Pour conjurer le sort, j’ai repris quatre fois de la malédiction…                            

17/02/2009

Les ailes des gazelles.

medium_swaziland.2.jpg

Les gazelles au Swaziland ne sont pas brodées sur le cœur des rugbymen. Elles s’agitent agiles sur le vert de leur savane avec des ailes à leurs pieds et une balle entre les mains.

La démocratie y est un peu hésitante…Mais les filles déterminées y jouent au rugby !

 

Trouvaille de ma chère Sophie et sa fenêtre ovale http://fenetre-ovale.over-blog.com/. Je suis sûr qu’à force de se trimballer à travers le monde en quête des splendeurs du rugby, elle va rendre notre terre tout ovale… 

15/02/2009

Décoloration ?

 

medium_pastel.2.jpg

Toujours rouges les Diables en Principauté,

Bariolés à jamais les kilts des Highlands,

Pousse de trèfle dans le green immortel des prés de l’Erin,

Touche de rose indélébile sur le drap immaculé de la reine,

Azur éternel accroché à l’horizon de la Botte,

Et puis le bleu roi vire à la nuit pour atteindre le blême d’un matin d’hiver…

Alors que le jeu de cette équipe France a plutôt la teinte du pastel. 

12/02/2009

Autour d'un ballon...

 

medium_senegal.jpg

Il y a des moments comme cela qui vous redonnent espoir. Des instants autour d’un ballon qui vous persuadent que l’humanité n’est pas foutue…

 

Photo de Kamikazz : Finale du championnat sénégalais.

09/02/2009

La révélation...

 

medium_SF0X0952.JPG

Je dois vous avouer que les papes, popes, imams, ayatollahs ou autres grands rabbins m’ont définitivement éloigné des religions issues des vieilles écritures. Je me voyais bien finir mes jours dans un agnosticisme  du meilleur aloi qui m’aurait conduit enjoué jusqu’à ma couche finale…Pourtant depuis peu, mes croyances impuissantes semblent s’être révélées à mon âme surprise à la vue iconique de l’image pieuse d’un vestiaire empli…Mais c’est une croyance tout orientale qui m’a été révélée par l’entremise de cette photographie. En effet aujourd’hui, pour moi le Bouddhisme est devenu une évidence, la réincarnation une obligation. Réincarné oui ! Mais pas en n’importe quoi… Au diable les ors et la gloire, je me moque bien du pouvoir et des jouissances pécuniaires de ce bas monde. J’aimerais pour ma renaissance que mon âme se régénère dans un simple et innocent tube d’onguent à la vertu calorifique qui toutes les semaines échauffe amoureusement les muscles à l’avenir endolori des jolies filles d’une équipe de rugby…

 

Photo Mak Boubeker: Les filles du Rugby Sassenage Isère          

08/02/2009

Trop de celte...

medium_soupe_igname_roquette.JPG

Ce matche Irlande France c’est comme un menu de trois étoiles du guide Michelin : Une belle carte, une table superbe, Un service magnifique, des vins exceptionnels, une joie en bouche, un régal des papilles, un coït gustatif entre les draps de soie d’une nappe amoureuse. Pour ce rendre compte tout à la fin, qu’il y avait quand même, un peu trop de celte dans notre soupe de trèfles…  

05/02/2009

En Cage (fin)

 

medium_cage.3.jpgIl en était là de sa réflexion, quand effectivement les murs sa prison se lézardèrent. A travers une fissure, une  lumière éclatante, quasi divine vint le frapper en plein visage. Pour un peu, il se serait mis à genoux, se serait signer et aurait tendu sa langue chargée pour cueillir ébahi l’hostie astrale tendue par le tout puissant en personne. Empli d’émotion, il ferma les yeux. C’est à cet instant précis, qu’un gong dur comme une pierre vint le frapper en plein nez. Après avoir presque côtoyé Dieu, il était maintenant dans la voie lactée. Mille étoiles et autres novas lumineuses tournoyaient avec lui, il passait d’une galaxie à une autre dans un tourbillon infernal. Son tarin semblait avoir explosé sur l’impact d’une météorite mystérieuse, un énorme cratère semblait s’être formé à la place de son appendice. Et pour couronner le tout, les tremblements muraux se déchaînèrent. Il avait maintenant le sentiment que le fracas sur sa face venait de déclenché un plus gros séisme. Son sang se mit à raisiner à la pointe de son menton, puis une dernière ruade monumentale fit s’écrouler définitivement son édifice carcéral.

Mario se sentait libéré. Il était allongé, un peu écrasé par l’énorme masse qui pesait sur lui, mais l’impression de torture avait disparu. Deux sensations dominaient dans son esprit : d’abord le goût d’hémoglobine qui persistait dans son gosier, et la douce odeur de l’herbe qui l’avait accueilli.  C’est un coup de sifflet aigu et martial qui lui fit retrouver l’usage de ses oreilles, et avec elles il récupéra tout d’un coup le sens des réalités et son extrait de naissance…Sa geôle, la torture, l’illumination céleste, le gong bouddhiste, tout s’éclairait maintenant d’une manière limpide. Le bibendum accroché sous le tableau de marque finit par lui faire retrouver complètement la raison: Il venait de participer à une belle mêlée sauvage. Son tarbouiffe avait éclaté sous le poing rageur d’un seconde barre revêche. Son éclairage glorifié n’était autre que les projecteurs du stade Marcel Michelin, et son patronyme était évidemment Ledesma ! Mario Ledesma était son nom…

 

 

NB : Je tiens à préciser que ce récit n’a rien à voir avec la vie du vrai et grand Mario Ledesma talonneur de l’ASM. Je pense qu’il m’excusera d’avoir jouer avec son identité pour écrire cette nouvelle délirante et il faut bien l'avouer,  un peu tirée par les cheveux…                                                                         

19:15 Publié dans Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0)

02/02/2009

L'âge du regard...

 

medium_acoeurovale4.jpg

 

Quelquefois, le regard  grandit plus vite que les jambes…

 

Photo Thomas Bianchin