Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2007

Du fond de mon premier vestiaire...

medium_couverturelittle.2.jpgDouze mois en fin de souffle, une année finissant de creuser sa couche…

L’équipe de France n’a pas gagné son monde,

Les Ors de la République se star-académisent,

Le radical est religieux,

Le CAC agenouille ses prêtres, 

Les bombes respirent avant d’exploser,

Les pensées s’embrouillent…

Un an de plus, mes rides sont les lignes des cahiers que je n’aie jamais remplies…Je m’accroche à mon enfance. 

Tapi au fond de mon premier vestiaire, je souffle volontaire, sur les braises hésitantes de mon jeu. J’attise obstiné, le feu où couve encore l’esprit des joueurs de Soule, Choule, foires d’empoigne et autres batailles villageoises…Je pourrais peut-être même remonter jusqu’au fin fond des âges, et trouver dans les flammèches mouvantes quelques faces hirsutes et chasseresses des premières lignes australopithèques de l’humanité naissante…

Un an de plus, le demi-siècle me guette et les strates de ce cahier qui n’en finissent pas de grandir…Le remplierais-je un jour ?

Une année agonise. Une autre va surgir de l’entre cuisse du temps.

Je devrais vous la souhaiter bonne et heureuse, mais je trouve que cela n’a pas beaucoup de sens…Je vous l’espère sereine, quiète, un peu ovale aussi...Faite de riches rencontres et de peines rompues.

Je vous la souhaite vivante…Tout simplement !

              

Les commentaires sont fermés.